Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > 2010 > Châteaux boscéens : quels moyens pour leur sauvegarde ?

Châteaux boscéens : quels moyens pour leur sauvegarde ?

Les trois châteaux de Bouaye : la Sénaigerie, la Mévellière et le Bois de la Noé.

Ce dossier fait le point sur la sauvegarde et les modes de gestion des trois principaux châteaux boscéens.

 

 

 

La Mévellière

Fin 2005, le château de la Mévellière et son parc de 52 hectares ont été acquis 400 000 € par la commune tout en garantissant à son ancien propriétaire, M. Poisson, le droit d’usage et la jouissance exclusive des lieux. Les charges courantes d’entretien reviennent à ce dernier qui a désormais le statut d’occupant, alors que les gros travaux sont à la charge de la collectivité propriétaire. Ainsi plusieurs travaux ont été entrepris de 2007 à 2009 : réfection des toitures du château et du logement de gardien, remplacement des chaudières, travaux confortatifs sur les dépendances ouest dont, en janvier 2009, un pan entier s’est effondré, suite aux intempéries. Afin de définir les priorités de nouveaux travaux, la commune a lancé une consultation afin de retenir un architecte compétent en matière de bâtiment patrimonial. Celui-ci devra mener une étude précise des différents bâtis et proposer à la commune un plan d’interventions justifiées selon des critères de sécurité et de sauvegarde du patrimoine. Par ailleurs, la Ville, soutenue financièrement par la Région, réalise en partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux et Bretagne Vivante, un inventaire faune et flore de l’ensemble du domaine. Ainsi le patrimoine bâti et environnemental de la Mévellière sera clairement connu, ce qui permettra à la Ville de définir un projet pour l’avenir de cette propriété. En avril dernier, médias et commune ont été alertés par le gardien recruté par M. Poisson sur ses conditions d’hébergement. Immédiatement, le maire a sollicité une analyse de l’eau potable et une vérification des écoulements des eaux usées. Suite aux résultats de ces investigations, le service social de la commune a entrepris des recherches pour reloger en urgence le gardien et son épouse.

 

La Sénaigerie

Depuis qu’il est devenu propriété, en 1999, de Dominique et Denis Hugot, le château de la Sénaigerie est mieux connu des Boscéens. La location de chambres d’hôtes, de la grande salle pour les mariages et la tenue du marché de Noël organisé par l’association culturelle et touristique d’Herbauges ont contribué à faire découvrir le siège de la plus importante seigneurie de Bouaye sous l’Ancien Régime. Le logis et la fuie (pigeonnier) sont classés à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La cour des dépendances, dite cour carrée, en grande partie sans toiture depuis la fin des années 80, ainsi que le lanterneau de la fuie décapité lors de la tempête de 1999, nécessitent de lourds investissements pour les restaurer. Malgré l’annonce, à l’automne 2001, pour sauvegarder la fuie, de l’attribution du 1er prix du concours Sauvez un trésor près de chez-vous organisé par Ouest-France et la Fondation du Patrimoine, rien ne fut entrepris par la suite. Afin de dégager une partie des fonds nécessaires à une restauration de la cour carrée, les propriétaires ont mené de nombreuses interventions auprès de différentes autorités pour rendre constructible une parcelle protégée en espace boisé classé. Après avis des services de l’Etat, la municipalité précédente n’a pas accédé à cette demande lors de la révision générale du Plan Local d’Urbanisme et la nature non constructible de ladite parcelle a été confirmée en zone NNS (zone naturelle sensible d’intérêt écologique), toujours en espace boisé classé dans les espaces proches du rivage du lac de Grand-Lieu. De plus, le Préfet a confirmé par écrit à la nouvelle municipalité le 30 juin 2008, «la nécessité de maintenir cet espace en zone naturelle». Malgré cette injonction cohérente avec le fait que le nouveau PLU rogne désormais la constructibilité des parcelles voisines, rue de l’Acheneau, pour mieux protéger les espaces proches du rivage, le propriétaire renouvelle régulièrement sa demande de constructibilité comme unique solution à la restauration de son patrimoine privé. Si tout le monde s’accorde sur la nécessité de sauvegarder la Sénaigerie, il convient d’être réaliste pour trouver d’autres moyens que l’impossible urbanisation d’une parcelle protégée. C’est désormais tout l’enjeu pour ne pas opposer protection du patrimoine et protection de l’environnement.

 

Le Bois de la Noé

Ce domaine représente près de 2,7 hectares autour du château, avec étang, piscine et parcs. En 2005, lorsque M. et Mme Guffroy se portent acquéreurs de cette magnifique demeure du XVIIe siècle, elle a besoin d’être restaurée en grande partie. Le côté ouest, habité par les anciens propriétaires est en bon état mais l’autre côté du château doit subir de lourds travaux d’entretien. Le chantier de réparation s’étale sur dix mois. Période pendant laquelle les pièces sont entièrement refaites, réaménagées pour créer cinq chambres d’hôtes, avec leur salle de bain attenantes, une salle à manger et une cuisine commune. Ces chambres sont ouvertes aux particuliers, dès l’été suivant. Un gîte est également créé dans la dépendance. Le château n’est pas classé, les propriétaires assurent seuls les travaux d’entretien. « Je suis présent tous les jours, du lundi au dimanche soir, pour m’occuper du château, il faut veiller à tout. C’est une activité très prenante mais c’est un choix de vie, nous souhaitons et pouvons tout faire nous-même », explique M. Guffroy. « Nous accueillons des familles, des retraités mais aussi régulièrement des jeunes mariés qui souhaitent y passer leur nuit de noce ». Cette activité économique et touristique contribue au financement de l’entretien permanent du domaine.

 

 

Les documents ci-dessous sont mis à la disposition de chacun afin de permettre la compréhension des éléments qui expliquent le maintien en zone non constructible les espaces boisés classés de la Sénaigerie.

 

 

 

 

 

Recommander cette page Haut de page