Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > 2010 > Quelles réponses aux problèmes hydrauliques ?

Quelles réponses aux problèmes hydrauliques ?

Visite des recensement des points noirs hydrauliques

Les désordres hydrauliques survenus les 28 novembre et 29 décembre 2009 sur la commune alertent sur la nécessité de programmer et de réaliser avec Nantes Métropole, les travaux adaptés. Aujourd’hui, plus que jamais, une nouvelle manière d’aménager pour lutter contre les inondations sur le territoire s’impose à tous : particuliers, entreprises, collectivités.

 

 

Origine des inondations

Les débordements du réseau pluvial qui ont touché certaines habitations sont consécutifs de fortes précipitations enregistrées lors des deux derniers mois de l’année. En effet, la hauteur cumulée des précipitations du mois de novembre a été de 181 mm et celle de décembre de 141 mm. A comparer avec l’année 2008 où il avait été enregistré pour ces deux mêmes mois seulement 57 mm et 53 mm (source : Météo France).

Par ailleurs, notre territoire est caractérisé par un ensemble de petits cours d’eau captés par des bassins versants* ruraux en amont de la route départementale n° 751 au nord de la commune. Cet axe routier est le premier obstacle à l’écoulement de ces cours d’eau. Ils doivent ensuite franchir la zone urbanisée du bourg dont les écoulements sont assurés à l’aide de réseaux souterrains, ayant une faible pente. Enfin, le dernier obstacle majeur à l’écoulement jusqu’aux exutoires (lac de Grand-Lieu et Acheneau) est l’axe ferroviaire.
De fait, Bouaye est un territoire sensible aux crues des cours d’eau et aux débordements des fossés qui interviennent toujours à l’occasion d’événements pluvieux importants.

Dès avril 2009, les élus de la Ville de Bouaye, avec Nantes Métropole et deux membres du Conseil des Sages, ont établi la liste des points noirs hydrauliques prioritaires (voir la carte de recensement des dysfonctionnements hydrauliques).

 

Des interventions humaines aggravantes

Pour autant, ces événements pluvieux exceptionnels n’expliquent pas tout sur l’origine des inondations des secteurs vulnérables : Allée de la Chapelle, Carrefour de la Barcalais, Jardins d’Orphée… En effet, les secteurs inondés sont avant tout les conséquences d’aménagements qui ont conduit à des effets pervers. « L’imperméabilisation des sols liée à l’extension de l’urbanisation, l’installation non compensée de surfaces maraîchères sous serres, mais également le busage des fossés, sont des facteurs essentiels dans l’aggravation des inondations. L’effet de l’imperméabilisation se traduit par une suppression de l’infiltration de l’eau dans le sol provoquant un ruissellement quasi immédiat après le début d’une pluie qui accélère les écoulements et donc les débordements en aval », explique Freddy Hervochon, adjoint au développement durable.

 

 

Quelles solutions ?

Généralement, les points noirs hydrauliques recensés sur Bouaye montrent que la capacité d’évacuation du réseau pluvial (buses ou fossés) est insuffisante. La solution traditionnelle passe souvent par la construction un nouveau réseau avec des sections d’écoulement plus grandes. Ce type de solution a déjà été mise en œuvre en 2008 par Nantes Métropole pour remplacer le réseau pluvial sous la place des Echoppes, mais présente deux inconvénients : son coût souvent élevé et l’augmentation des débits en aval du réseau souterrain urbanisé qui doit être capable de l’évacuer jusqu’à l’exutoire.

Au regard des contraintes budgétaires de Nantes Métropole, ce type de solution ne pourra pas être retenu à court terme dans la programmation des travaux d’hydraulique urbaine. C’est la raison pour laquelle, il faut envisager d’autres réponses qui consistent à mettre en place des bassins de rétention ou à augmenter des zones d’expansion de crues sur des parcelles communales. En conséquence, la commune a sollicité l’aide de Nantes Métropole pour vérifier si la plupart des problèmes d’inondations recensés à Bouaye peuvent trouver une solution en facilitant les débordements là où c’est acceptable.

 

Protéger et aménager autrement

Les zones humides au bord des cours d’eau jouent un rôle important « d’éponges » pour lutter contre les inondations. Or, on assiste à un grignotage progressif des zones humides lié à des travaux de remblaiements, drainages… Pour protéger ces zones humides, il faut les inventorier afin de les prendre en compte avant tout projet d’urbanisation. C’est pourquoi, au cours de l’année 2010, la commune de Bouaye réalisera, avec le concours de Nantes Métropole, un inventaire précis de ces zones à annexer au Plan Local d’Urbanisme.

Pour les nouvelles extensions à l’urbanisation, une stratégie sera mise en oeuvre dans le futur éco-lotissement des Ormeaux. Nous limiterons le ruissellement à la source par des dispositifs de rétention de l’eau de pluie à la parcelle ou sur les toitures, et l’imperméabilisation des sols par des systèmes d’infiltration (noues, tranchées, puits d’infiltration…). « Ainsi, conformément à la loi sur l’eau, toute nouvelle activité devra impérativement prévoir des dispositifs compensatoires pour neutraliser les effets de l’imperméabilisation des sols » conclut Christian Rivaud, adjoint à l’urbanisme.

 

* Un bassin versant est une portion de territoire délimitée par des lignes de crête, dont les eaux alimentent un exutoire commun : cours d'eau ou lac.

Recommander cette page Haut de page