Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > 2013 > Modifier le PLU pour protéger le bourg

Modifier le PLU pour protéger le bourg

L’évolution du bourg entamée depuis quelques années a conduit les élus à une réflexion qui se traduira dans le PLU.

En mars 2012, le Conseil municipal a décidé de réaliser une étude urbaine portant sur le centre bourg. Cette étude, confiée à l’atelier « Villes et Paysages », comporte deux phases. La première consiste à proposer des modifications des règles de construction dans le centre bourg. La seconde, qui débute, permettra d’établir une programmation pour la zone des Cartrons, destinée à être urbanisée après 2017.

 

Une étude pour quoi faire ?

Depuis 10 ans, six immeubles se sont construits dans le bourg: quatre avant l’adoption du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de 2007 (La Pommeraie, Pégase, le Riad et Les Magnolias), deux autres après (Itta, rue de la Pommeraie en 2012 et La Quintefeuille rue du Pâtis en cours de construction). A ce jour, quatre autres immeubles sont en attente de commercialisation. Au cours de l’année 2011, le Conseil des Sages et le Conseil municipal ont mené une réflexion sur la densification et sur ses conséquences. Ce travail a mis en évidence le besoin de faire évoluer les règles du PLU de 2007 pour donner un cadre à l’évolution urbaine du bourg et préserver le bien-être des habitants. Cette modification souhaitée du PLU a fait l’objet d’une enquête publique du 11 mars au 11 avril pour être proposée au vote en juin 2013.

 

Démographie et étalement urbain

L’attractivité de la Loire-Atlantique est très forte depuis plusieurs décennies. L’augmentation de population du département est régulière, de 1 % tous les ans, depuis le recensement de 1990. Cet accroissement est dû, pour une moitié, aux naissances et à l’allongement de la vie et pour l’autre, à l’accueil de nouveaux habitants venus d’autres départements. Depuis les années soixante, l’habitat pavillonnaire a été privilégié. Ce type de logements consomme des surfaces importantes au détriment des espaces naturels et agricoles.

Le renouvellement urbain des centres villes est l’alternative inscrite dans le schéma territorial de Nantes/Saint -Nazaire (SCOT) pour « respecter les besoins des générations futures ». Ce choix vise à accueillir plus d’habitants à proximité des services, des commerces et des transports en commun. Le remplacement de maisons anciennes dans le bourg par un habitat collectif neuf et économe offre, en tout point, un bilan écologique positif.

 

Encadrer les transformations par un règlement plus protecteur

Les projets de constructions sont généralement issus de la volonté d’un promoteur et d’un particulier qui souhaite vendre son terrain ou sa maison. « La commune veille au bon respect des règles d’urbanisme pour accorder les permis de construire et ne peut pas s’y opposer si ces règles sont suivies », explique Christian Rivaud, adjoint à l’urbanisme.

La nécessaire densification doit être accompagnée par une modification du PLU pour obtenir plus d’intégration et de cohérence des nouvelles constructions. Aujourd’hui, les promoteurs à la recherche de la rentabilité maximale peuvent urbaniser l’ensemble de la surface constructible.

La Municipalité souhaite imposer des surfaces non bâties (illustration 1) et des reculs augmentés pour limiter les vues plongeantes chez les voisins (illustration 2). Afin de retrouver les caractéristiques du bâti traditionnel, un rythme dans les façades et les toitures sera obligatoire.

 

 

 

Recommander cette page Haut de page