Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > 2015 > Orientations concertées pour le futur parc de la Mévellière

Orientations concertées pour le futur parc de la Mévellière

Lundi 23 novembre, s’est tenue une deuxième réunion publique de concertation pour définir les orientations à mettre en oeuvre pour rendre accessible aux Boscéens le parc de la Mévellière. L’occasion de faire le point sur les choix et le calendrier validés par la municipalité.

 

 

Ecoute et concertation soutenues

C’est à la fin de l’année 2013 que le domaine de la Mévellière est devenu la pleine propriété de la commune.

L’année 2014 a été mise à profit pour viabiliser le logement de l’ancienne ferme du château et le mettre immédiatement en location afin qu’une présence humaine contribue à sécuriser le site.

L’année 2015 fut celle des choix.

Le maire et les élus majoritaires ont souhaité que les orientations à retenir soient arrêtées après une très large concertation et une étude comparative avec d’autres sites similaires. De février à novembre, la concertation s’est déroulée au cours de deux réunions publiques très suivies et lors de rencontres avec des porteurs de projets et de nombreux contacts. L’étude a, elle, été confiée à Mélanie Samson, étudiante en valorisation du patrimoine économique et culturel, en stage à la mairie de Bouaye durant l’été. Elle a analysé 27 autres sites de la région présentant des similitudes avec la Mévellière et a intégré à son rapport 17 contributions faisant état de propositions concrètes.

Depuis la rentrée, de nouvelles rencontres ont eu lieu avec :

  • le Conseil des Sages dont une commission réfléchit également à l’usage du parc,
  • l’Office National des Forêts avec qui une convention peut être passée pour assurer une gestion correcte et sûre des espaces boisés,
  • l’association CAP 44 qui épaule de jeunes agriculteurs pour reprendre de nouvelles terres en favorisant les circuits courts de distribution.

 

L’heure des choix

A l’issue de ces multiples échanges très riches, au nom des élus majoritaires, le maire a proposé en réunion publique, le 23 novembre 2015, des orientations pour guider les actions précises à entreprendre dans les mois et années à venir pour ouvrir le parc au public.

 

 

 

Deux questions à Jacques Garreau, maire de Bouaye :

10 mois de concertation, n’est-ce pas trop long ?

JG : Non, cela est conforme à notre engagement de concevoir la préservation et la valorisation de la Mévellière en concertation avec les Boscéens. Sur un sujet tel que celui de l’avenir d’un parc de 52 hectares où les idées les plus variées et intéressantes foisonnent, il nous parait important, avant toute décision, d’écouter tous ceux qui ont fait l’effort de réfléchir. Nous travaillons pour que le parc de la Mévellière soit sécurisé et accessible aux Boscéens pour l’automne 2017 en faisant le choix d’orientations réalistes sur le plan budgétaire car les moyens de la commune restent limités.

 

Contribution
Le rapport de Mme Mélanie Samson a permis d’intégrer les contributions :

  • de chaque adjoint : N. Chotard, F. Hervochon, M-B Boureau, J. Château, K. Morin, C. Autrusseau, N. Le Blévenec, R. Berbettde C. Sureau, conseillère municipale en charge du patrimoine
  • de M-C Gobin, conseillère municipale représentant le groupe d’opposition
  • de C. Davias, ancien maire de Bouaye
  • de D. Lehoux, porteuse d’un projet d’école privée non confessionnelle hors contrat en lien direct avec une rési­dence pour personnes âgées (projet non retenu)
  • de B. Keller, porteur d’une réflexion autour d’une ferme de production agri­cole et pédagogique
  • de C. Le Bodo, présidente de l’Equipage
  • de B. Micault, président de Bouaye Swin-golf
  • de B. Defert, président de Bouaye Histoire
  • de F. Laine, responsable de la section tir à l’arc de l’ALB.

Quelles sont les orientations validées par l’équipe municipale ?

JG : Je précise que les orientations dont nous parlons ne concernent que le parc. Le logis de la Mévellière fait lui l’objet d’une réflexion particulière pour associer à sa restauration un ou des acteurs de l’économie touristique. Pour le parc, trois grandes fonctions seront déclinées en actions précises, le plus souvent avec des partenaires locaux associés.

 

Tout d’abord, la Mévellière doit devenir un parc utilisé pour la détente et les loisirs de plein-air.

Sentiers de promenade, parcours d’orientation, jeux pour enfants et parcours de swin-golf associatif en constitueront les éléments principaux.

 

Central et complémentaire à la Maison du lac, le parc de la Mévellière sera aussi un lieu de connaissance et d’apprentissage de l’éco-citoyenneté.

Pour cela, nous réaliserons un parcours d’interprétation des espaces paysagers présents à la Mévellière, de même un circuit d’apprentissage de la sécurité à vélo et un espace consacré à l’histoire de Bouaye et de la Mévellière compléteront progressivement cet aspect.

 

Enfin, et notre équipe municipale y attache beaucoup d’importance, le domaine de la Mévellière offre aussi un potentiel de terres de productions agricoles et sylvicoles.

Des coupes d’arbres et des plantations renouvelées répondant aux critères d’un plan de gestion à élaborer avec l’Office National des Forêts sont envisageables.

L’apiculture a aussi sa place à la Mévellière pour contribuer à préserver les abeilles utiles à la biodiversité. Le projet agricole le plus porteur de sens consiste à développer, sur des parcelles adaptées, une ferme maraîchère.

Les légumes cultivés en production bio pourraient ainsi directement alimenter nos restaurants scolaires. Nous travaillons là dans une démarche de circuit court traduisant très concrètement les grands concepts du développement durable. Cette ambition nécessite des études plus précises que nous lançons avec CAP 44. Nous aurons bien sûr l’occasion de revenir vers les Boscéens dès que ce projet deviendra réalité.

 

 

 

 

Recommander cette page Haut de page