Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > 2016 > Vers toujours plus d’accessibilité

Vers toujours plus d’accessibilité

Agora, le prochain spectacle de la saison culturelle inclut des comédiens atteints de handicap.

La Ville de Bouaye s’emploie dans différents domaines pour offrir, au quotidien, toujours plus d’accessibilité et de confort aux citoyens en situation de handicap.

La Ville participe à l’amélioration des conditions d’accès aux services, aux loisirs, au quotidien. Mais au-delà de l’accessibilité physique à l’ensemble des espaces publics, c’est désormais à travers l’organisation de manifestations sportives et culturelles que la Ville entend contribuer à changer le regard sur le handicap.

 

Déplacements quotidiens

Les travaux d’aménagement ou de réfection de voirie sont des occasions d’améliorer l’accessibilité au plus grand nombre de personnes. Ainsi, les travaux d’aménagement de voirie de la rue du Pâtis vers le bureau de Poste permettent d’assurer la continuité piétonne avec la pose de « bateaux ». Ces derniers sont des bordures de trottoirs abaissées facilitant le passage. Des bandes de vigilance sont collées de part et d’autres des trottoirs permettant aux personnes non-voyantes de repérer les passages pour piétons.

Accessibilité aux bâtiments publics

L’intégration de normes d’accessibilité dans chaque nouvel équipement municipal de Bouaye est désormais la règle pour faciliter l’accès aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR), portes coulissantes, toilettes avec un rayon de manœuvre suffisant pour les fauteuils roulants… Les bâtiments existants font progressivement l’objet de travaux d’adaptation. L’installation d’un ascenseur dans le projet d’extension de l’école Maryse Bastié permettra d’accéder aux classes de l’étage. Au premier trimestre 2017, le foyer Herbreteau sera adapté avec la mise aux normes PMR des accès extérieurs et intérieurs ainsi que des sanitaires.

Logement : un abattement fiscal

« Construire des bâtiments accessibles, prévoir et améliorer des accès aux normes pour faciliter les déplacements des PMR, c’est essentiel ; un travail constant est effectué en ce sens. Il traduit la prise de conscience des élus de la nécessité de permettre l’accès à tous, quelque soit son handicap, de pouvoir continuer à vivre sans entrave », explique Marie Bernadette Boureau, adjointe aux solidarités. Elle souligne : « Les personnes en situation de handicap ont parfois besoin de financer des travaux d’adaptation de leur logement, c’est pourquoi, dès 2009, le Conseil municipal a voté la possibilité d’un abattement de 10 % sur la valeur locative de l’habitation des personnes handicapées ou invalides ». Chaque personne concernée peut en faire la demande auprès des services fiscaux.

Aide aux activités sportives, culturelles et de loisirs

En matière de loisirs sportifs ou culturels, la Ville de Bouaye propose depuis septembre 2011, une aide financière pour les enfants de 6 à 15 ans (sous conditions de ressources). Celle-ci est majorée pour les jeunes atteints de handicap. Faire partie d’une association ou d’un club pour y apprendre une discipline est propice à l’épanouissement de l’enfant. En adhérant au collectif T’Cap en début d’année, la Ville a rejoint un réseau de plus de 150 associations et collectivités œuvrant pour favoriser l’accès à la vie sociale des personnes en situation de handicap. L’objectif de T’Cap est d’aider à mieux vivre ensemble, avec un handicap ou non.

Promotion du handisport
Bouaye a accueilli le Grand Prix National Jeunes Handisport en mai 2014.

L’accueil et la promotion d'événements handisports comme le Grand Prix National Jeunes Handisport 2014 permet de valoriser les athlètes participants tout en offrant un regard positif sur le handicap. De plus, plusieurs clubs sportifs locaux comme le Herbauges Athlé 44 permettent à des jeunes atteints de handicap, la pratique d’une activité sportive bénéfique pour la santé morale et physique.

Lire, écouter, se divertir

La culture n’est pas en reste puisque la médiathèque municipale prête des livres « large vision » à grands caractères ainsi que des liseuses numériques dont la taille du texte est ajustable. Pour les personnes non-voyantes, trois audio-lecteurs Victor sont disponibles ainsi que des livres audio sur CD. Par ailleurs, l’organisation des spectacles dans la salle des Macres de Bellestre offre un accès au PMR et réserve des places au premier rang.Cette accessibilité pour le public va même se retrouver sur la scène.

 

Des places sont réservées au premier rang pour assister aux spectacles de la saison culturelle.

En effet, en novembre, la Ville invitera la Compagnie du Cercle Karré dont certains comédiens sont atteints de handicap. « L’idée de programmer un spectacle inclusif comme celui-ci nous trottait dans la tête depuis longtemps mais nous attendions l’opportunité de trouver «le» spectacle qui mette tout le monde d’accord et c’est chose faite », explique Régis Berbett, adjoint à la culture. « La performance est incroyable dans la mesure où le talent des comédiens et la mise en scène effacent les différences et font oublier le handicap. Je suis convaincu que le public sera surpris : c’est contemporain, le résultat est professionnel et fait réfléchir sur les relations humaines et le monde du travail, sujets du spectacle ».

Favoriser l’emploi adapté

La Ville de Bouaye veille également à rassembler les conditions pour respecter le taux minimal légal de travailleurs handicapés fixé à 6%. La Ville atteint un peu plus de 8% des effectifs en adaptant les postes au besoin. Le Conseil municipal a voté cette année un marché public d’espaces verts réservé à une entreprise adaptée, employant des personnes handicapées, la SAPRENA.

L’accès aux discours lors des vœux

En janvier dernier, pour la première fois, une interprète en langue des signes a traduit la cérémonie des vœux pour les personnes sourdes. « En 2017, nous allons faire évoluer ce dispositif par la mise en place d’un prompteur afin de rendre le discours intelligible également aux personnes malentendantes ne maîtrisant pas forcément la langue des signes », indique Nicole Le Blévenec, adjointe à la communication

Recommander cette page Haut de page