Espace Citoyen Famille

Nantes Métropole

Vous êtes dans : Accueil > En 1 clic > Toute l'actualité > Dossiers > Gaspillage alimentaire : sensibilisation et actions

Gaspillage alimentaire : sensibilisation et actions

Plus de 650 repas sont servis chaque jour dans les restaurants scolaires municipaux de Bouaye.

Depuis la rentrée scolaire 2018, la Ville est engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Une résolution qui aujourd’hui s’inscrit dans la loi Egalim. Cette dernière a également d’autres conséquences sur l’organisation de la restauration scolaire.

En France, chaque année près de 20% de la nourriture produite finit à la poubelle, ce qui représente 150 kg par personne et par an. Conformément à son Agenda 21 (programme d’actions locales en faveur du développement durable), la Ville de Bouaye s’est engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire au sein de ses restaurants scolaires.

Des menus cuisinés avec du bio

En 2009, la Ville de Bouaye a introduit des produits issus de l’agriculture biologique dans la composition des menus des cantines scolaires. Depuis, la part de produits bio n’a cessé de progresser au fil des années. Après le pain, les produits laitiers, les légumineuses et la volaille, les légumes puis le porc bio ont pris place dans la composition des menus. Dans les deux restaurants scolaires de la Ville, les plats sont préparés sur place par les équipes de cuisine en privilégiant les produits locaux, de bonne qualité nutritionnelle et gustative pour élaborer des menus équilibrés. Le fruit de ce travail quotidien ne mérite pas de finir à la poubelle.

 

Valorisation des déchets : les Sages impliqués

En 2018, le Conseil des Sages a visité l’unité de méthanisation située à Issé qui valorise les déchets de cantine du lycée d’Orbigny et du collège Bellestre. A partir de la décomposition de ces déchets organiques, l’usine récupère de l’énergie sous forme de gaz et/ou de chaleur. Le Conseil des Sages souhaite que la municipalité étudie si cette valorisation est réalisable pour les déchets du restaurant scolaire de la nouvelle école à construire aux Ormeaux.

Focus sur la loi Egalim

L’application de la loi Agriculture et alimentation du 30 octobre 2018, dite loi Egalim, se traduira par de nouvelles obligations pour la restauration scolaire. L’approvisionnement devra comprendre 50% de produits durables, de qualité dont 20% minimum de bio, à partir du 1er janvier 2022. Concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire, il y aura l’obligation de réaliser un diagnostic au préalable et de présenter un état des lieux du gaspillage alimentaire. A partir du 1er janvier 2020, il sera interdit d’utiliser des bouteilles d’eau plate en plastique et de la vaisselle jetable mais les restaurants scolaires de Bouaye n’en n’utilisent déjà pas. Depuis le 1er novembre 2019, un menu végétarien doit être servi une fois par semaine aux écoliers.

« Cette mesure avait été anticipée par nos services de restauration qui proposent régulièrement, depuis plusieurs mois déjà, des plats végétariens. La transition s’est donc faite progressivement et sans difficultés », explique Pascale Jolivet, responsable de la restauration scolaire.

 

Sensibiliser les enfants dans les cantines…

Depuis 2018, plusieurs campagnes de pesées de nourriture non consommée à l’issue des repas ont été organisées dans les restaurants scolaires municipaux. Trois d’entre-elles ont eu lieu au restaurant Maryse Bastié élémentaire et une à Victor Hugo, sur la base d’un menu identique. Ces opérations sont réalisées par les enfants, accompagnés d’un adulte. « Ce travail ne peut être mené sans les plus jeunes. L’éducation au gaspillage alimentaire est une nécessité si nous souhaitons que les citoyens de demain soient acteurs de cette lutte », explique Tiphaine Orrière, responsable du service actions scolaires.

« Impliquer les enfants et les rendre acteurs est le meilleur moyen de leur faire prendre conscience du gaspillage alimentaire et de faire évoluer leur comportement vis-à-vis de la nourriture »

Ainsi, lors des journées de pesées, un enfant responsable de table, accompagné par un adulte, pèse les plats avant d’être servis. Puis, après le repas, il renouvelle l’opération avec les restes.

 

… et en dehors !

Durant le déjeuner, sous forme de questions, les fruits et légumes sont présentés aux enfants sous leur forme naturelle par les cuisinières. Une manière ludique et pédagogique de connaître les produits. Mais la sensibilisation ne s’arrête pas dans les cantines puisque les services d’animation sont également parties prenantes de cette question. Ainsi, pour éveiller la conscience des écoliers à la problématique du gaspillage alimentaire et environnemental, une vidéo a été conçue sur le temps de la pause méridienne. Ce petit film documentaire sur le gaspillage alimentaire et le tri des déchets a été réalisé en début d’année avec un groupe d’enfants accompagnés par Mélanie Puaud, animatrice. Autres actions éducatives, des séances de jardinage se sont déroulées pendant l’accueil périscolaire pour apprendre aux enfants, dès la maternelle, à connaître les légumes, à savoir comment les planter ou les semer et découvrir le cycle de la nature et des saisons…

 

Changement de pratiques en cuisine

Côté coulisses, le changement des pratiques a commencé dans les cuisines. Depuis juin 2018, le pain coupé restant en cuisine peut être congelé pour être servi ultérieurement. Les plateaux de produits laitiers sont maintenus dans les réfrigérateurs et sont servis uniquement aux enfants qui les consomment. Ainsi, les yaourts qui n’ont pas été sortis du réfrigérateur peuvent être conservés. En effet, les normes sanitaires en restauration collective interdisent la remise au réfrigérateur des produits frais qui ont été mis à disposition sur les tables. Enfin, les fruits qui n’ont pas trouvé preneurs peuvent être relavés et présentés à nouveau aux convives.

 

 

 

Recommander cette page Haut de page